Projet INDIGO : L’UGANC a pris part à la clôture des formations communautaires au MESRSI

La salle de réunion du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) a servi de cadre, le jeudi, 16 juin 2022, pour la cérémonie de clôture des ateliers de formation communautaire du projet  INDIGO (Internationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure Gouvernance de l’Enseignement Guinéen). L’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a été représentée par une délégation conduite par Monsieur le Recteur, Dr Alpha Kabinet KEITA.

C’est le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, Dr Facinet CONTE qui a officié l’ouverture des travaux, en présence des représentants des universités guinéennes partenaires à part entière (UGANC, UGLC/SC et UKAG) et les Universités partenaires associées (UK, UZ, UL, ISSVM de Dalaba, IST de Mamou, ISAV de Faranah, ISMG de Boké, UNC), des partenaires au développement, ainsi que les syndicalistes et les acteurs de la société civile.

L’activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Work package 4 dont le thème est : « Restitution et formation à l’échelle locale pour la communauté universitaire en vue de renforcement de l’appropriation du projet », ce, conformément au chronogramme établi de commun accord entre les partenaires européens à travers l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Coordinatrice du projet et les partenaires guinéens.

Dans sa communication, la Directrice des Relations Internationales de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et coordinatrice du projet INDIGO, Dr Annie Soriot, a indiqué qu’il s’agit d’un projet qui a permis de travailler avec trois grandes universités de Conakry et huit Institutions d’Enseignement Supérieures des provinces guinéennes, mais aussi avec l’Ambassade de France, l’Agence Française de Développement, l’Agence Belge de Développement, entre autres.

«L’objectif du projet INDIGO, c’est d’améliorer la gouvernance des universités pour conclure une meilleure employabilité des jeunes. Ça permet également la coopération internationale», a-t-elle précisé.

De son côté, le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ, Pr Kabinet OULARE a souligné dans son speech que le projet a permis à la mise en place des projets d’établissements dans les IES. « L’Université Paris 1 Sorbonne coordonne ce projet et l’ANAQ en tant qu’agence est le référant qualité de ce projet. Nous sommes là avec le MESRSI pour écouter toutes les parties prenantes, la société civile afin de partager au maximum ces projets d’établissements que les universités ont élaborés au cours des deux dernières années. Par rapport à ce projet d’établissement, le premier standard de qualité d’évaluation de nos institutions d’enseignement supérieur. Ça veut dire que la vision est la première étape pour un établissement d’enseignement supérieur de promouvoir la qualité en son sein, de disposer d’un projet d’établissement qui constitue la pièce maîtresse de tout développement dans une université. Le projet d’établissement, est un document stratégique de planification avec une vision. C’est aussi un document cadre de planification afin de permettre aux établissements d’avoir plus de visibilité et de leurs actions sur la formation des étudiants dans le domaine de la recherche, des services à la communauté et la vie estudiantine», a-t-il longuement expliqué.

Représentant Madame la Ministre, le Secrétaire Général du MESRSI, Dr Facinet CONTE a tout d’abord remercié les partenaires européens pour leur accompagnement constant dans la mise en œuvre de ce projet commun. Il a ensuite rappeler que l’objectif primordial de cette rencontre est de renforcer les compétences stratégiques des dirigeants (Recteurs, Directeurs Généraux, des personnels académiques et des personnels administratifs des universités et Autorités Publiques). Enfin, il a indiqué c’est un projet qui vise également à produire un impact sur le système d’enseignement supérieur guinéen et à promouvoir les réformes souhaitées à l’échelle du pays à travers un partage efficient de bonnes pratiques.

Dr Facinet CONTE dira par ailleurs, qu’il est important de vulgariser l’appropriation des thématiques du projet INDIGO, non seulement par les acteurs du sous-secteur de l’enseignement supérieur, mais aussi par le public en général.

Enfin, il a rassuré que le MESRSI ne ménagera aucun effort pour la poursuite des vastes chantiers de co-construction initiés dans le cadre du présent projet.

A rappeler que les ateliers de formation communautaire dans les Universités partenaires à part entière ont commencé le 13 juin à l’Université Kofi Annan de Guinée, puis à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et enfin, le 15 juin à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia Conakry.

Laisser un commentaire