Projet INDIGO : Tenue de l’atelier de restitution de la formation modulaire à l’UGANC

L’auditorium de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a été le cadre de la cérémonie de lancement de l’atelier de restitution de la formation modulaire du projet INDIGO (INternationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure Gouvernance) de l’Enseignement Supérieur Guinéen, le 26 janvier 2022.

 

Cette cérémonie a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI), Dr Facinet CONTE et a connu la présence de tous partenaires à part entière et les partenaires associés au projet. Au total, 78 participants guinéens comme étrangers.

Les partenaires européens étaient conduits par la Coordinatrice du projet INDIGO, Mme Annie SORIOT (Directrice des Relations Internationale de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Mme Anna BERKHAUSEN (Directrice des Relations Internationales de l’Université Européenne de la Viadrina –sur-Oder), Mme Catherine VANDELEENE (Directrice des Relations Internationale de l’Université de Liège), M. Aboubacar KEITA (Point focal du projet à la Viadrina), M. Julien FREMONT (Directeur Adjoint des Relations Internationales de l’Université Paris 1) et M. Mathieu SIMON (Chef du projet INDIGO à l’Université Paris 1).

La cérémonie a commencé par la présentation de la physionomie de la salle et les officiels.

Dans son discours, Monsieur le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Pr Doussou Lancinè TRAORE, a indiqué : « C’est pour moi et mon Institution un immense honneur de vous recevoir au Temple du Savoir en ce jour solennel du démarrage de l’atelier de restitution de la formation modulaire dans le cadre de la mise en œuvre du projet INternationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure GOuvernance (INDIGO) de l’Enseignement Supérieur Guinéen, qui a eu lieu du 8 au 12 novembre 2021 à l’Université Européenne de la Viadrina à Franckfort-sur-Oder dont l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et celle de la Viadrina sont responsables de la composante Work Package 3 (WP3), bien sûr après les travaux de WP 1 et de WP 2 qui ont eu lieu successivement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’Université Kofi Annan de Guinée. Cette rencontre est donc la quatrième grande messe du projet parce qu’elle regroupe tous les Partenaires à part entière et Associés. »

Il a poursuivi en disant que la question de la gouvernance, du pilotage institutionnel et de la démarche qualité concerne l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur à travers le monde. C’est pourquoi, nos partenaires européens ont initié ce projet afin de booster la Gouvernance dans les Institutions d’Enseignement Supérieur guinéennes pour contribuer efficacement au développement du pays afin de l’inscrire dans la dynamique des pays de la région africaine et du monde.

« Dans ce contexte, le projet INDIGO propose un dispositif de travail concerté sur l’amélioration de la gouvernance par le pilotage institutionnel et le développement de la démarche qualité au sein des universités guinéennes. » a-t-il dit.

Il a ensuite décliné les cinq points forts du projet INDIGO, à savoir:

  • Un travail de préparation et de recherche pour un état des lieux sur la démarche qualité et la définition d’un projet d’établissement ;
  • La production de plans d’action ;
  • Le renforcement des compétences des personnels ;
  • La formation de la communauté universitaire pour renforcer l’appropriation du projet ;
  • et le pilotage de la mise en œuvre des plans d’action et du projet d’établissement au sein des universités partenaires.

Il s’est ensuite réjouie de la tenue de cette formation qui est, selon lui, l’aboutissement de plus d’une année de travail, d’apprentissage de tous les objectifs cités en amont avec un accompagnement soutenu des partenaires européens, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en partenariat avec deux autres universités européennes, à savoir, l’Université de Liège et l’Université Européenne de la Viadrina de Francfort-sur-Oder et trois autres Universités Guinéennes à savoir, l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia-Conakry et l’Université Kofi Annan de Guinée. A celles-là s’ajoutent le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) et l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité (ANAQ). Qu’ils en soient vivement remerciés de leurs sincères et franches collaborations.

Pour Pr TRAORE, les objectifs spécifiques visés lors de cet important atelier du Work Package 3 : « Renforcement des compétences des personnels, des autorités publiques et des universités en matière d’assurance qualité et de l’établissement de projets d’établissement »  notamment pour les partenaires associés sont :

  • renforcer le rôle des universités dans la définition d’une vision politique, de la stratégie de développement de leur établissement en vue de la construction d’un projet d’établissement cohérent et adapté à l’institution grâce à un processus de concertation avec l’ensemble des acteurs de la vie universitaire ;
  • renforcer les compétences des dirigeants et des personnels (académique et administratif) des autorités publiques et des universités ;
  • renforcer le dispositif d’évaluation et de la démarche qualité au sein de chaque institution par la mise en place d’instances de gouvernance structurées et transparentes, et par le développement d’indicateurs pour une meilleure gouvernance contribuant à une visibilité et à une internationalisation accrue ;
  • et l’appropriation, par les universités guinéennes de l’intérieur du pays, les processus mis en œuvre afin que l’ensemble des universités stratégiques du pays puissent entreprendre une modernisation en matière de gouvernance et d’assurance qualité.

Ensuite, Madame Annie SORIOT, Coordinatrice du Projet INDIGO et Directrice des Relations Internationales de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,  a dans son speech, félicité et encouragé les participants qui ont massivement répondu à l’appel. Elle a ensuite rappelé la mission assignée aux participants dans le cadre de l’appropriation du contenu de la formation et son intégration dans les politiques de gestion de leur institution. Il s’agit de  l’élaboration des projets d’établissement et l’Assurance Qualité. Pour elle, c’est une obligation de répondre aux besoins actuels des Institutions d’Enseignement Supérieur.

Pour le représentant du MESRSI et Secrétaire Général dudit ministère, Dr Facinet CONTE, dans son discours d’ouverture, il a indiqué : « L’honneur m’échoit doublé d’un grand plaisir de prendre la parole au nom du Gouvernement Guinéen singulièrement au nom du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation à l’occasion de l’atelier de restitution de la formation modulaire dans le cadre de la mise en œuvre du projet INternationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure GOuvernance (INDIGO) de l’Enseignement Supérieur Guinéen qu’une trentaine de cadres guinéens ont eu le privilège de suivre, l’an dernier, à l’Université Européenne de la Viadrina à Franckfort-sur-Oder. »

« Je suis personnellement heureux que nous vivons aujourd’hui l’aboutissement de plusieurs années de durs labeurs dont les partenaires européens : l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Liège et l’Université Européenne de la Viadrina de Francfort-sur-Oder n’ont ménagé aucun effort pour accompagner, conseiller et orienter des cadres des universités guinéennes dans la mise en œuvre du projet, et l’Union Européenne à travers Erasmus Plus qui a bien voulu financé ce projet. Trouvez ici, nos très sincères remerciements. Par la même occasion, je remercie les membres de l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité et les Cadres de mon département pour leur accompagnement », a-t-il martelé.

Il a poursuivi en disant qu’il est convaincu qu’à la fin de cette importante formation qui regroupe l’essentiel des Institutions Publiques et Privées d’Enseignement Supérieur Guinéen, tous les hauts cadres et responsables ci-présents, seront outillés sur cette problématique devenue dès maintenant une politique publique de Gouvernance de nos Institutions d’Enseignement Supérieur parce que des universités seront renforcées dans la définition d’une vision politique et stratégique de développement de leur établissement en vue de la construction d’un projet d’établissement cohérent et adapté à leur l’institution. Qu’elles disposent désormais des instruments pour non seulement s’auto-évaluer en matière d’assurance-qualité mais aussi être capables d’assurer une gouvernance structurée et transparente avec le développement des indicateurs pour une meilleure gouvernance des Institutions d’Enseignement Supérieur guinéennes.

« C’est en cela que je félicite et encourage les partenaires guinéens à part entière, d’une part, pour le travail fait, et les partenaires associés  à prendre l’exemple sur eux afin d’assimiler la quintessence des enseignements qu’ils bénéficieront pour poursuivre l’impérieux défi de développement et de modernisation des Institutions guinéennes d’Enseignement Supérieur si cher au Gouvernement Guinéen principalement à Monsieur le Président de la Transition, Président du CNRD, Chef de l’Etat et Chef Suprême des Armées, le Colonel Mamadi DOUMBOUYA et à Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, Monsieur Mohamed BEAVOGUI qui sont engagés dans le processus de qualification des Institutions de la République. »

Enfin, il a déclaré ouverts les travaux de l’atelier de restitution de la formation modulaire de la composante 3 (Work Package 3) du projet INDIGO à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.