MESRSI-Journées de concertation : Dr Diaka SIDIBE, ministre de l’Enseignement Supérieur: «C’est pour trouver des solutions que le Ministère de l’Enseignement Supérieur s’est engagé à organiser ces journées…»

La première édition des journées de concertation organisée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation a été lancée le mercredi 26 janvier 2022 au Palais du Peuple. L’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry avec son Stand a été représentée par une délégation conduite par Monsieur le Recteur et Président du Collège de recteurs et Directeurs Généraux des Institutions d’Enseignement Supérieur publiques.

C’est Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, Mohamed BEAVOGUI qui a présidé le lancement officiel des travaux des journées de  concertation sur la cartographie des filières et programmes de formation en République de Guinée dont le  thème est : « Cartographie des filières de formation en République de Guinée : quels programmes pour l’employabilité des diplômés issus de l’Enseignement Supérieur ? ».

Pour lui, il a été constaté que de nos jours, 78 programmes de formations avec 988 filières sont enseignés dans les 49 Institutions d’Enseignement Supérieur dont 17 publiques. Malheureusement, beaucoup de ces programmes ne sont pas adaptés aux réalités socioéconomiques permettant aux diplômés de trouver un emploi.

C’est pourquoi les Étudiants ont demandé lors des journées de concertation, la révision des programmes enseignés dans les universités et instituts supérieurs avec des experts des différents domaines, l’équipement des bibliothèques avec des documents liés à leurs formations, mais aussi la création pour eux des laboratoires et leur équipement. Sur cette question de l’employabilité des diplômés, Dr Diaka SIDIBE, ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, a fait savoir que jusque-là les réponses apportées ont été très souvent des solutions d’urgence.

« Or, il faudrait en plus de celles-ci, appliquer des mesures strictes et durables pour venir à bout de ce fléau qui est le chômage des jeunes diplômés. C’est donc pour trouver des solutions que le ministère de l’Enseignement Supérieur s’est engagé à organiser ces journées en vue de définir ensemble les bases d’une réforme des programmes favorisant l’employabilité des diplômés. Notre pays a besoin de formation de qualité qui débouche sur une plus grande employabilité de nos jeunes sortants des universités mais aussi des objectifs de développement bien réels », rappelle-t-il.

Avant d’ajouter que ces journées consisteront entre autres, à faire un état des lieux de tous les programmes de formation, de financement, d’emploi, la mise en commun des expériences des acteurs du secteur socio-économique et de l’enseignement supérieur pour une co-construction des programmes de formation.

Plus encore, il est question de définir les voies et moyens pour une possible liaison entre les politiques de développement et les programmes de formation, de définir des moyens pour pérenniser les liens qui seront établis entre les acteurs, d’identifier les pistes de solutions pour cartographier les filières et programmes de formation et les pistes de financement des programmes de formation.

Dans son intervention, le Premier Ministre Mohamed  BEAVOGUI a affirmé qu’il y a beaucoup à faire pour obtenir les résultats escomptés « C’est pourquoi, dit-il, ce domaine se trouve parmi les nombreux défis qui attendent le Gouvernement guinéen dans les années à venir. »

Depuis le 5 septembre, des réformes sont en train d’être engagées dans le secteur de l’enseignement. Ces réformes, souligne-t-il, ont commencé à porter fruit  avec l’ouverture des chantiers de rénovation et de réhabilitation de nos écoles, universités et centres de recherche.

« L’ampleur de la tâche qui attend le ministère de l’Enseignement Supérieur exige une remise en question permanente et surtout l’obtention de résultats probants. […] La Guinée doit retrouver son niveau d’enseignement d’antan. Notre potentiel pour l’enseignement est demeuré intact, mais il nous reste à promouvoir un enseignement de qualité basé sur des écoles d’excellence en vue de rendre les jeunes guinéens plus compétitifs sur le marché de l’emploi, qu’il soit guinéen ou étranger

Mohamed BEAVOGUI est convaincu que la Guinée ne pourra jamais émerger si les programmes d’enseignement ne sont pas adaptés aux réalités actuelles : « Notre pays ne peut gagner la grande bataille du développement qu’en disposant de ressources humaines de qualité. C’est pourquoi nous devons mettre l’accent sur la formation de nos étudiants et pour cela  engager des réformes en profondeur. Une Guinée émergente n’est pas possible sans adaptation de nos formations aux réalités économiques, sociales et technologiques de notre époque. »

Il faut rappeler que selon le Bureau de stratégie et de développement du ministère de l’Enseignement Supérieur, chaque année, les Institutions d’Enseignement Supérieur mettent  sur le marché de l’emploi près de 21 866 diplômés dont 5 958 filles qui, malheureusement, peinent à trouver un emploi ou à créer leur entreprise. De son côté, Mamadou Oumar BARRY, Président National des Étudiants, estime que ces journées seront un tremplin pour poser un véritable diagnostic de l’Enseignement Supérieur.

« Si l’Etat est une continuité et que le nouveau gouvernement est prêt à bâtir des institutions fortes, conformément aux besoins de la population, alors la qualification de ceux qui sont censés entretenir ces institutions dans le futur, qui ne sont personne d’autre que les étudiants, serait primordiale. Sinon, nos installations ressembleront à des coquilles vides. Une chose que nous n’espérons pas. C’est pourquoi nous sollicitons auprès de vous quelques besoins que nous jugeons indispensables pour notre formation académique. Il s’agit entre autres de : réviser les programmes enseignés dans nos universités et instituts avec des experts des différents domaines, équiper nos bibliothèques liés à nos formations, inciter nos universités et instituts à trouver des partenariats avec des entreprises publiques et privées pour accorder des stages pratiques aux meilleurs étudiants, créer des laboratoires de recherche et les équiper, multiplier ce genre d’initiative pour nous étudiants, organiser des sessions de MEETUP et de compétition, mobiliser les étudiants, enseignants, encadreurs à s’intéresser aux différents langages de programmation de site web et NTIC», a plaidé le représentant des Étudiants guinéens à cette rencontre.