Séminaire de valorisation  scientifique du réseau routier : l’Université Laval du Canada apporte son expertise à la Guinée à l’UGANC !

L’auditorium de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a servi de cadre, le vendredi 12 février 2021, du lancement du séminaire de Valorisation Scientifique de l’Institut Polytechnique de l’UGANC du Réseau Routier Guinéen. Il a été organisé par l’Institut Polytechnique de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry en partenariat avec le Centre de Recherche pour la Valorisation de l’Invention/Innovation Scientifique et Technologique (CREVIST) et le projet Système de Gestion Optimisée de la Maintenance des Infrastructures (SGOMI) du Groupe de Recherche Durabilité de l’Université de Laval (Canada) avec pour thème central : Evalutation Multi-échelle de l’état des réseaux vieillissants de ponts routiers.

A cette occasion, les personnalités suivantes étaient dans la salle : les autorités universitaires dont Monsieur le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Prof. Doussou Lancinè Traoré, Monsieur le Vice-recteur chargé des études, Prof. Cheick Abdoul Baldé, Madame le Vice-recteur chargé de la recherche, Dr Mariama Béavogui, Madame la secrétaire Générale, Dr Oumou Kourouma, le Directeur Général de l’Institut Polytechnique, Dr Mohamed Tafsir Diallo, Messieurs Boubacar Diallo, Lamar Diallo tous du CREVIST, le conférencier Mr Abdoul Salam Bah, Monsieur Yaya Soumah, Dr Saliou Kalissa, 50 Enseignants-chercheurs et des étudiants de l’IP.

A l’entame de la rencontre, il est revenu à Dr Mohamed Tafsir Diallo de prendre la parole pour son allocution de bienvenue au séminaire. Dans son speech, il a parlé de l’historique du projet et les différentes péripéties rencontrées dans sa mise en œuvre. Il a remercié les partenaires européens et canadiens ainsi que le Centre de Recherche pour la Valorisation de l’Invention/Innovation Scientifique et Technologique pour les efforts consentis dans le projet.

En effet, le réseau routier guinéen aussi bien dans la capitale Conakry que  dans le pays profond se trouve dans un état de dégradation très poussé. Rallier un point A à un point B est toujours synonyme de calvaire pour les usagers des routes guinéennes.

Des interruptions de trafics sont fréquemment enregistrées au point que pour parcourir  une petite distance, les automobilistes guinéens sont obligés de mettre plusieurs jours avant d’arriver à destination.

Pourtant, les routes constituent des vecteurs essentiels du développement économique et social des pays. C’est certainement conscient de cette réalité que l’Institut Polytechnique de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry en partenariat avec les Universités Laval (Canada), de MC Gill, de Genève, du Fonds de Recherche Nature et Technologie du Canada, le Ministère des Transports du Québec et plusieurs autres partenaires se sont donnés la main pour faire bénéficier à la Guinée ce séminaire de valorisation  scientifique du réseau routier qui portait sur « Évaluation Multi échelle de l’état des réseaux vieillissants de ponts routiers » pour une gestion efficace des infrastructures en Guinée.

Il a pour objectif, de renforcer les capacités des des Enseignants-chercheurs, chercheurs et professionnels de la recherche de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry en matière de gestion durable des infrastructures routières en Guinée.

Abdoul Salam Bah, fruit de la  première institution d’enseignement supérieur de la Guinée, actuellement enseignant-chercheur et chercheur  du projet système de gestion optimisée de la maintenance des infrastructures (SGOMI) du groupe de recherche de l’Université Laval (Canada) en était le conférencier.

Le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, qui a lancé les travaux a salué la tenue de ce Séminaire de valorisation scientifique du réseau routier. Pour le Prof. Doussou Lancinè Traoré, l’animation scientifique et la recherche constituent le  socle même des universités. C’est pourquoi, il a invité les étudiants de son Université à redoubler d’ardeur et d’abnégation dans la recherche pour se faire un choix dans le monde scientifique.

Le Prof. Traoré s’est particulièrement réjoui du fait que le conférencier soit un fruit de  l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry bénéficiaire du projet qui a permis la poursuite de la formation de Monsieur Bah aujourd’hui, doctorant à l’université de Laval, au Canada. Ainsi, il a invité les étudiants à redoubler d’effort pour faire mieux de Monsieur Bah qui est un pur produit de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry pourtant qui fait la fierté de notre pays. Enfin, il a invité étudiants, enseignants-chercheurs et chercheur à continuer à respecter les gestes barrières car, selon lui, la pandémie à la COVID-19 est toujours en Guinée.

Les travaux ont commencé par l’intervention en visioconférence de Prof. David M., Doyen de l’Institut Polytechnique de l’Université Laval et Directeur de thèse de Monsieur Abdoul Salam Bah. Ce dernier a parlé de la problématique de la construction routière et l’entretien du réseau dans le respect des normes.

Justement Monsieur Abdoul Salam Bah  dans son exposé devant plusieurs chercheurs guinéens et étrangers et des étudiants massivement mobilisés a parlé des outils d’évaluation et de maintenance des infrastructures routières exposées au climat nordique pendant les périodes hivernales. Avec une approche d’évaluation et de maintenance avec le climat tropical, les ouvrages de franchissement et la détérioration du réseau routier dans les pays comme le nôtre. Il a aussi développé la durabilité des matériaux, leur détérioration,  la fiabilité et la flexibilité managériale, la structure des routes, bref, les causes anthropologiques et naturelles de la dégradation des routes. Il a aussi passé aux peignes fins le modèle de gestion développé dans le projet SGOMI. Mais aussi, l’optimisation de la maintenance des ouvrages avec un impact minimal sur les usagers et les finances publiques.

Dans les échanges entre enseignants-chercheurs, chercheurs, professionnels guinéens et étrangers et étudiants de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, le coût élevé des investissements pour la construction des routes, la perturbation de la mobilité des usagers, notamment le mouvement des marchandises qui engendrent des frais supplémentaires, la gestion des ouvrages et l’évaluation régulière du parc routier, ont été entre autres points débattus par les professionnels du secteur routier guinéens et étrangers. Le tout, avec des perspectives de développement  pour une gestion durable des infrastructures routières en Guinée.

Les étudiants ont été, entre autres,  édifiés sur les sciences et technologies des matériaux  dans les ouvrages des travaux de Génie civil notamment dans les secteurs du bâtiment, des ponts et des chaussées.

Le vice-recteur chargé de la recherche, Dr Mariam Béavogui, au terme de la rencontre a salué la contribution de l’Université Laval du Canada qui permettra désormais aux gestionnaires d’ouvrages d’acquérir de nouvelles approches de gestion durable des ouvrages en leur permettant de prendre des décisions économiques et stratégiques pour l’entretien et la réparation des infrastructures routières en Guinée.