Coopération internationale : Le Recteur, Prof. Doussou Lancinè Traoré conduit une délégation de l’UGANC à Paris dans le cadre du projet INDIGO !

Dans la cadre de la mise en œuvre du projet INDIGO (Internationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure Gouvernance de l’Enseignement Supérieur guinéen), une délégation de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a effectué une mission de travail dans la capitale française du 9 au 14 février 2020. Cette délégation a été conduite par le Monsieur le Recteur, Prof. Doussou Lancinè Traoré, accompagné du Directeur des Relations extérieures et de la Coopération Internationale, Monsieur Mamadi Douno et du Point Focal du projet à l’UGANC, Prof. Fodé Mohamed Sylla.

Ainsi, le lancement du projet a réuni à Paris trois universités guinéennes, à savoir, l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC), l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia Conakry (UGLC-SC), et l’Université Koffi Annan de Guinée (UKAG), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’Agence Nationale d’Assurance Qualité. Le côté européen, il y avait les représentants de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (coordonnatrice du projet), l’Université de Liège (Belgique) et celle de Viadriana (Allemagne).

Le film de la mission

La journée du 10 février : la première journée des travaux.

De 15h 30 à 18h 00, la session d’ouverture des travaux s’est tenue à la Maison Internationale où est logée la Direction des Relations Extérieures de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Après l’installation et la présentation des délégations, la Directrice de la Coopération Internationale a prononcé un discours de bienvenu au nom du Président de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Au cours de cette première session de travail, la coordination a présenté le logo du projet proposé par l’UGLC-SC (le coordinateur du WP7). L’assemblée a bien apprécié et validé le logo.

La journée du 11 février 2010

C’est la salle des Commissions de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne qui a abrité les travaux qui ont commencé par le rappel des objectifs du projet, le contexte, les caractéristiques, les partenaires et la charte graphique.

Comme partenaire, il y a des partenaires à part entière qui se partagent les WorkPackages et les partenaires associés qui ne reçoivent pas de financements mais qui bénéficieront des avantages du projet. Ces deniers comprennent de leur côté des partenaires européens comme l’AUF, l’AFD, l’ENABEL, l’Ambassade de France en Guinée et des partenaires guinéens, les Institution d’Enseignement Supérieur de l’intérieur du pays de la Guinée.

Le projet INDIGO, dans son objectif à court terme, le renforcement des compétences en gestion universitaire du personnel dirigeant et opérant ; l’ouverture, l’internationalisation des Institutions d’Enseignement Supérieur, et l’adaptation des programmes aux exigences du marché de l’emploi.

La première partie de la communication a porté sur les programmes des prochaines étapes des activités et leur mise en œuvre, à savoir, le démarrage des WP, la validation des accords, la mise en place du site web, le diagnostic des Institution d’Enseignement Supérieur et les premiers séminaires de 2021.

La deuxième partie de l’intervention de la coordination a porté sur le WP8 qui concerne la gestion. Il s’agit de la présentation du WP, les tâches et les livrables et la structure de la gestion efficace et efficiente du projet. Celle-ci comprend : le comité de gestion, le coordinateur du projet, le comité de contrôle et de qualité, le responsable du projet. Le rôle de chaque comité a été défini.

Deux représentants par institution ont été désignés pour former le comité de gestion qui est l’organe central de la Gestion du Projet. Pour le comité de contrôle de qualité, 15 jours ont été donnés aux universités partenaires pour désigner leurs représentants.

Le plan de travail par WorkPackage a été partagé et discuté en attendant leur présentation par les différents coordinateurs.

A 16h 30 mn, la deuxième session du travail de la journée s’est ouverte dans la salle des Commissions. Elle a essentiellement porté sur la gestion financière. Cette deuxième journée qui a connu la présence de tous les partenaires et s’est achevée à 18h 15mn après de fructueux échanges.

La journée du 12 février 2010

Elle a commencé à 9h 30 dans la salle 1 du Centre Panthéon par la présentation des workpachages 1, 2 et 3 respectivement par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique sur la préparation et la recherche. Le représentant du MESRS a fait l’état des lieux sur la démarche Qualité et la définition d’un projet d’établissement. L’Université Kofi Annan a intervenu sur la production de plan d’action pour la définition de projets d’établissement et l’Université Gamal Abdel Nasser sur le renforcement des compétences des personnels des autorités publiques et des universités en matière d’Assurance Qualité et de Planification de projet d’établissement. Cette dernière présentée par le porte-parole de l’UGANC a été vivement appréciée par la qualité de la communication qui cadre parfaitement avec les objectifs du projet.

A la suite de chaque présentation, les participants ont posé des questions, soulevé des inquiétudes ou proposé des pistes de solutions aux problèmes. Un travail de groupe par workpackage a été organisé pour des questions techniques orientées avec les co-cordinateurs. C’est vers 17 heures que la délégation guinéenne a rejoint son hôtel.

La journée du 13 février 2010

L’avant dernière journée a commencé par la présentation des workpackages. La présentation du workpackage 4 par l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne est basée essentiellement sur la restitution et formation à l’échelle locale dans la communauté universitaire en vue du renforcement de l’appropriation du projet. Le workpackages 5 par l’Université de Liège est basé sur le pilotage de la mise en œuvre des plans d’action et du projet d’établissement. Le workpackages 6 par l’Université Européenne de la Viadrina et le workpackages 7 par l’UGLC-SC portant sur la diffusion et l’exploitation des résultats. C’est à la suite de cette présentation que les travaux de groupe ont commencé avant de recevoir le premier Vice-Président de l’Université de Paris 1 Panthéon, le Pr Jean Luc qui a tenu un discours au nom du Président.

A 15h 00, les partenaires ont été conduits à l’Espace et outils numériques de travail. C’est le centre Tolbiac, haut de 22 étages connu pour ses manifestations courantes. Là, dans la salle C22.04 bis- appelée Centre Pierre Mendès France, deux projections portant sur le numérique et le projet d’établissement et l’Espace Numérique de Travail Commun ont été partagées. Des questions portant sur le fonctionnement d’un ENT, de la relation entre le numérique et le projet d’établissement, de la création et la multifonctionnalité d’un site ont été posées. Satisfaite de la visite et l’intérêt des échanges, la délégation guinéenne a rejoint son hôtel vers 18 heures.

La journée du 14 février : la dernière journée de travail avec les partenaires a commencé par une conférence-visite de la Sorbonne qui s’est déroulée de 10h 30 à 12h 30.

De 13 h à 15h 00, a eu lieu le déjeuner et la session de clôture. A cette occasion, la directrice, Madame Annie Soriot, a félicité et remercié tous les participants  par la qualité des contributions et la remise des attestations de participation au participant ont mis fin aux travaux à la Maison Internationale.

A la fin des travaux, Monsieur le Recteur de l’UGANC, Prof. Doussou Lancinè Traoré, visiblement très satisfait s’est confié en ces termes : « En tant que responsable, je suis très heureux de participer aux travaux de validation du plan d’exécution du projet. Les cinq jours de travaux m’ont permis de comprendre dans la profondeur les attentes des partenaires étrangers dans la mise en œuvre du projet INDIGO. Cela grâce aux fructueux débats qui ont été très enrichissants car,  c’est un projet structurant touchant presque toutes les Institutions d’Enseignement Supérieur de notre pays sur trois ans. Il a pour objectifs principaux, l’amélioration de la gouvernance universitaire, le renforcement des compétences des dirigeants et de leurs personnels. »