Le Bureau Exécutif de la Conférence des Enseignants-chercheurs et chercheurs de rang magistral mis en place à l’UGANC

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
PRÉSIDIUM

La salle de conférence de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a abrité ce samedi 5 mars 2016 la mise en place du Bureau Exécutif de la Conférence des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs de Rang Magistral (CECRAM). Placée sous le haut patronage du Président de la République, le Prof. Alpha Condé, cette rencontre a regroupé au tour du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Albert Damantang Camara, le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Dr Ibrahima Kourouma, le conseiller du président de la république chargé des questions de l’éducation, Monsieur Almamy Soumah, l’ex-ministre de l’environnement, Prof. Ibrahima Boiro, l’ex-ministre de l’enseignement supérieur, Bailo Télivel Diallo, des Recteurs, Fondateurs et Directeurs Généraux  des institutions publiques et privées d’enseignement supérieur, de Recherche Scientifique et de Documentation, des Enseignants-chercheurs et chercheurs de rang magistral, des ambassadeurs et des scribouillards.

En prenant la parole pour la circonstance, le Recteur de l’Université de Conakry, Dr Doussou Lancinè Traoré a indiqué par sa voix que tous les Enseignants-chercheurs, Chercheurs et autres travailleurs de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry sont honorés de la présence de leurs homologues des institutions sœurs auxquels ils souhaitent la bienvenue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dr Doussou Lancinè Traoré-Recteur UGANC

« Cette grande rencontre est d’une importance capitale car, elle concerne le devenir de notre pays à travers une couche dont les activités quotidiennes sont essentiellement axées sur l’avenir de notre jeunesse. » dira-t-il.

Ensuite, il a ouvert un coin de voile sur l’histoire des cadres supérieurs en Guinée. A l’indépendance en 1958, le pays ne disposait que de quatre cadres supérieurs. Ce qui a obligé le jeune Gouvernement Guinéen à créer dès 1962 sa première institution d’enseignement supérieur, l’actuelle université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Il a poursuivi en disant, « C’est pour nous une grande victoire qu’aujourd’hui nous puissions dénombrer tous ces grands hommes de sciences, ces Guinéens qui ont fait leur formation universitaire ici et ailleurs. Je veux parler des Professeurs des Universités et Maîtres de Conférences de profils variés. »

« Maintenant que sont mises en place plusieurs structures indispensables au développement du pays, il mérite d’être noté que les conditions de promotion des enseignants-chercheurs et chercheurs ont connu une certaine amélioration. Cependant, il faut reconnaître que des efforts immenses restent encore à fournir au sein de nos Universités, Centres de Recherche et de Documentation. » a-t-il ajouté.

« Conscients du rôle que la CECRAM est appelée à jouer dans la société guinéenne, nous restons convaincus qu’elle peut toujours compter sur l’appui du Gouvernement comme cela s’est concrétisé avec la tenue de cette cérémonie. » a-t-il terminé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Prof. Momo Bangoura-DNES/Public

En prenant la parole pour la circonstance, le président de la commission préparatoire de la session inaugurale de la CECRAM et Directeur national de l’enseignement supérieur public, Prof. Momo Bangoura a commencé par donner la mission de l’institution qui est un organe consultatif du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique créé suivant l’arrêté N°2014/5242/MESRS/CAB/DRH/ du 8 octobre 2014.

« Cet organe, en appui aux autres organes consultatifs que sont la Conférence des Recteurs et Directeurs Généraux des Institutions publiques d’Enseignement Supérieur (CRDG), la Chambre Représentative de l’Enseignement Supérieur Privé (CRESUP) et le Conseil des Directeurs Généraux des Institutions de Recherche Scientifique et de Documentation (CDGIRSD), a pour mandat de mobiliser son expertise pour soutenir les enseignants et les chercheurs dans leur discipline, les équipes interdisciplinaires, la communauté académique et les institutions dans le but de promouvoir la qualité de l’enseignement, de l’apprentissage et de la recherche scientifique. » a-t-il dit.

Il a poursuivi en ces termes, « C’est en 1998 qu’une Commission Nationale de Recrutement et de Promotion des enseignants-chercheurs et chercheurs (CNRP), dotée d’une procédure nationale de recrutement et de promotion aux grades académiques a été instituée. La CNRP siège une fois par an, et chaque session est convoquée par décision du ministre en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les résultats relatifs aux grades d’assistant/attaché de recherche et de maître assistant/chargé de recherche sont validés par arrêté du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique tandis que ceux relatifs au rang magistral, c’est-à-dire aux grades de maîtres de conférences/maître de recherche et de professeur/directeur de recherche par décret. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ministre ESRS- Yéro Baldé

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Monsieur Abdoulaye Yéro Baldé a tout d’abord indiqué que pour transformer la Guinée en un pays émergent, avec une croissance économique accélérée et des progrès réels et durables dans le domaine social, il faut qu’elle dispose de ressources humaines compétentes et compétitives. Pour lui, c’est le premier indicateur d’assurance qualité.

« Le document de politique et de stratégie du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique vision 2020 rapporte que la prospérité et la compétitivité d’un pays ainsi que sa capacité à innover dépendent dans une large mesure de la qualité de son système éducatif en général, de celle de son enseignement supérieur et de sa recherche scientifique, en particulier. En clair, cela signifie que c’est à l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de trouver des solutions idoines aux différentes interrogations de développement socio-économique que se pose la Nation, non seulement à travers la qualité professionnelle et morale des cadres formés, acquis à la cause de la patrie, mais aussi par le biais de propositions pertinentes de pistes aux politiques. » a indiqué le ministre Baldé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Recteur-Ministre-étudiants

Il a terminé son speech en disant « Cet organe consultatif veillera en particulier à l’assurance qualité dans le système d’enseignement supérieur et de recherche. Il servira de ce fait d’institution morale chargée de veiller au respect du code d’éthique et de déontologie de la profession, à la cohérence des programmes de formation et de recherche, à la promotion et à la validation du contenu des cours et des résultats de recherche, à la qualification professionnelle des enseignants-chercheurs et chercheurs ainsi qu’à l’accélération de la professionnalisation des programmes de formation. »

Les domaines d’intervention de la CECRAM sont : 1-sciences politiques, sciences juridiques, sciences économiques et gestion ; 2-lettres, sciences humaines et sciences de l’éducation ; 3-sciences naturelles, sciences agronomiques et sciences de l’environnement ; 4-mathématiques, physique, chimie et informatique ; 5-sciences de l’ingénieur; 6-médecine, pharmacie, odontostomatologie, médecine vétérinaire et production animale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Prof. Mamady Kourouma et Prof. Diallo
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
SG UGANC et Collègues

La rencontre a pris fin par l’amendement des documents statutaires de la CECRAM et l’élection du Bureau Exécutif de l’institution dont le président est Prof. Mohamed Lamine Kaba, le vice-président Prof. Ibrahima Boiro et le trésorier, Dr. Macky Traoré.

.