À l’UGANC, Plan Guinée et 4 universités signent des conventions pour aider les étudiantes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Recteur Dr Traoré entrain de signer

L’auditorium de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry a été l’unique cadre le vendredi 26 février 2016 pour la signature de quatre protocoles entre le Plan Guinée et quatre universités guinéennes. Cette grande rencontre a connu la présence des représentants du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Directeur pays de Plan Guinée, Monsieur Francis Sala-Diakanda, ses adjoints, les Recteurs des Universités de Conakry, Dr Doussou Lancinè Traoré, de Kofi Annan de Guinée, Dr Moriah Conté, les fondateurs de l’Université Mahatma Gandhi et de l’Université Nongo Conakry, de nombreux responsables des universités et de nombreuses étudiantes. Les scribouillards n’étaient pas en reste.

L’objectif de la cérémonie est la signature des conventions entre le Plan International Guinée et quatre universités de la place notamment l’université mère Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Ce protocole vise à offrir des stages de perfectionnement à la junte féminine de ces quatre institutions d’enseignement supérieur guinéennes, dans le but d’encourager et de renforcer la formation des filles au niveau supérieur.

La rencontre a été introduite par une allocution de bienvenue prononcée par Monsieur le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Dr Doussou Lancinè Traoré. Tout d’abord, il a exprimé sa profonde gratitude à Plan International Guinée pour avoir choisi son institution pour abriter la cérémonie de signature des conventions de partenariat.

« Le programme de BIAAG développé dans le cadre de la campagne ‘’Parce que je suis une fille’’ de Plan International colle parfaitement aux objectifs que notre pays se fixe pour la promotion des jeunes filles notamment les plus défavorisées. Le développement durable et harmonieux est un processus continu où toutes les parties prenantes doivent être satisfaites par le biais d’un accès plus large à l’éducation, à la formation, à l’emploi, à la science et à la technologie. » a-t-il dit.

Pour Dr Traoré, la promotion de la jeune fille devait être un atout fondamental pour l’atteinte des objectifs de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à leur égard.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dr Mangué entrain de présenter

Dr Jeanne Mangué, conseillère genre à Plan Guinée a présenté la mission du projet de stage BIAAG. Selon elle, la vision du Plan est celle d’un monde dans lequel tous les enfants réalisent la plénitude de leurs potentialités, dans des sociétés respectueuses des droits et de la dignité de chacun.

Sur la campagne ‘’Parce que je suis une fille’’ (BIAAG : beacause I am a girl), serait une campagne internationale de Plan qui vise à promouvoir les droits des filles et aider des millions d’entre elles à sortir de la pauvreté à travers l’éducation et le développement de compétences.

Selon Dr Mangué, grâce à son travail, Plan a pu atteindre 4 millions de filles depuis 2012 et a mobilisé environ 500 millions d’Euros en faveur des programmes ciblant les filles dans le monde. La campagne BIAAG a eu un effet positif sur la réputation de Plan dans le monde et mis en exergue le rôle clé de l’organisation en matière de problèmes liés aux filles.

Selon un rapport récemment publié par l’ONG Plan International, sur la totalité des filles qui se battent et sortent des universités, seules 7% accèdent à un emploi formel. Une tendance, que cette organisation compte désormais inverser en ouvrant ses portes aux jeunes filles diplômées, au niveau de toutes ses représentations en Afrique de l’Ouest.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Directeur Pays Plan Guinée

« Pour accroitre le taux de réussite des filles et ainsi concrétiser l’ambition de la campagne ‘’parce que je suis une fille’’ Plan International va signer un protocole d’accord avec des universités, pour mettre en place un pool d’élites féminins sur le continent, capable de compétir sur le marché de l’emploi. Un pool qui sera piloté par la Guinée. » a déclaré le Directeur pays de Plan International Guinée, Francis Sala-Diakanda.

Selon lui, « Parmi les pays dans les quels Plan International travaille en Afrique de l’Ouest et du Centre, il y en a quatorze, nous voulons que la Guinée prenne le leadership de ce programme. Qu’elle fournisse quarante huit sur les deux cent filles qui seront retenues par le projet. Soit en moyenne, seize filles sur une année. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Oumou Kadé Barry

Oumou Kadé Barry, étudiante à l’université Kofi Annan de Guinée et porte-parole des étudiantes a indiqué ceci : « Nous sommes les jeunes filles qui avons réussi à franchir les différentes difficultés que rencontrent les filles en général, et en particulier : la violence, la marginalisation basée sur le genre, l’exploitation des enfants sous toutes ses formes et le harcèlement …pour devenir aujourd’hui des étudiantes dans de prestigieuses universités en Guinée. Nous sommes aujourd’hui préoccupées à notre formation pratique et professionnelle à travers les stages afin de nous rassurer à coup sûr d’un premier emploi dès la fin de nos études. L’emploi nous permettrait d’améliorer la vie de nos familles, protéger nos filles et fils, ce qui s’inscrit dans les objectifs de votre projet ‘’Parce que je suis une fille.’’

Pour Dr Mamadou Bobo Sow, le Recteur de l’Université Nongo Conakry, porte-parole des Recteurs, le programme de Plan Guinée s’inscrit parfaitement dans la problématique de l’insertion des jeunes diplômés dans le monde du travail.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dr Bobo, Recteur l’UNC

« Les universités forment les étudiants selon des programmes presque « standards » grâce au référentiel universel de formation qu’est LMD (Licence, Master, Doctorat) et aux nouvelles technologies de l’information. Après l’université, les entreprises, les sociétés, les administrations, les ONGs devraient prendre la relève en offrant aux jeunes diplômés des opportunités de stage et de contrats de travail. Aujourd’hui, malheureusement c’est rarement le cas, pas seulement en guinée mais un peu partout dans le monde. C’est en cela que votre initiative à travers ce programme, Monsieur le Directeur Pays de Plan Guinée, est important et presqu’exceptionnel. » a-t-il dit.

Pour le Représentant du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Prof. Diakité, l’ONG Plan International marque l’intérêt grandissant pour les questions de l’enseignement supérieur.

« Si cette prestigieuse ONG est largement connue pour sa contribution majeure à la scolarisation des enfants des milieux ruraux défavorisés et notamment des filles en Guinée, aujourd’hui elle franchit une barrière artificielle longtemps dressée entre l’éducation de base et la formation supérieure. » a-t-il indiqué

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Prof. Diakité SG MESRS

Avant de conclure que les priorités de Plan International Guinée en matière de genre rejoignent celles du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique car, les disparités en matière de genre qui existent dans ce sous-secteur de l’éducation : les jeunes filles représentent moins de 30% de l’ensemble des étudiants et la proportion des femmes enseignantes est de 6,2%. Ces proportions diminuent de manière drastique quand on considère les sciences, techniques, ingénierie et mathématique. Des mesures concrètes commencent à être prises pour corriger ce déséquilibre.

La rencontre a pris fin par la signature de quatre conventions entre le Directeur Pays de Plan International Guinée et les responsables des Universités Gamal Abdel Nasser de Conakry, Mahatma Gandhi, de Nongo Conakry et de Kofi Annan de Guinée devant l’œil des journalistes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
SG et Vice -Recteur études UGANC
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Recteur UGANC et Directeur Plan