Fin de l’atelier des travaux de révision du Curricula de Formation du Master Nutrition-Santé à l’UGANC

DSCF1699Un atelier sur la « Révision du curricula de formation, d’orientation et de renforcement des capacités des formateurs du Master Nutrition-Santé» organisé par l’Unicef Guinée conjointement avec  le Département de Biologie dont les travaux avaient été ouverts le 11 décembre, a pris fin le samedi 12 décembre 2015 dans la salle de conférence  de l’UGANC-Hôtel de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Ainsi, les participants et les partenaires, dans un esprit de rigueur scientifique ont présenté 4 sessions, à savoir :

Session I : Contexte, Objectifs et Résultats attendus de l’atelier

Au cours de cette session, il y a eu une remarquable prestation de Dr Ahmed Ayoya Représentant de l’Unicef sur la grande thématique introductive de  la nutrition en République de Guinée, en mettant un accent particulier sur la malnutrition considérée comme une situation inacceptable.

En effet, l’enquête SMART réalisée en République de Guinée en 2015, dans un environnement fortement éprouvé par la fièvre à virus Ebola, révèle que la malnutrition chronique affecte 25% des enfants guinéens. Un peu plus de 2/3 des enfants et des femmes sont anémiés et à peine le quart des nouveaux nés sont allaités exclusivement.

DSCF1708Plus préoccupant encore, est la paucité des ressources humaines qualifiées dans le pays. Une meilleure connaissance des problèmes de la nutrition et des solutions potentielles, avec le renforcement  des politiques et programmes nationaux, des capacités à tous les niveaux, de l’efficacité et de la responsabilisation nationale et régionale, augure une bonne nouvelle pour les années futures. Cet ambitieux programme cependant, reste fortement corrélé, à la formation d’une ressource humaine qualifiée

A cette contribution, il faut mentionner celle de Dr Mamadi Daffé, Chef de Division Alimentation & Nutrition au Ministère de la Santé sur la Situation nutritionnelle de la République de Guinée, qui a fait remarquer qu’en dépit de l’existence des grands axes du programme de Nutrition et de stratégies, la carence en micronutriment affecte plus de la moitié de la population : plus de sept enfants sur dix et près d’une femme sur deux sont atteints d’anémie et plus d’un enfant sur 4  atteint de retard de croissance, seulement 4% d’enfants de 6-23 mois consomment une alimentation diversifiée riche en micronutriment et en quantité suffisante.

La mise en place de la capacité de prise en charge nutritionnelle dans les institutions est une opportunité pour réduire la mortalité infantile. Les services mises en place permettront non seulement de répondre aux besoins imminents de prise en charge mais aussi, serviront de moyen pour une réponse décentralisée à toutes éventuelles urgences.DSCF1702

Dr Mahamat Béchir quant à lui a développé les « Modèles de formations en Nutrition dans le Monde et en Afrique : cas de quelques pays africains. » Dans cette thématique, il a été question des différents types de formation, leurs caractéristiques, leur coût, les programmes dans le cursus et les principaux besoins dans la sous-région en matière de nutrition.

Il ressort de cette étude : l’existence d’un réel potentiel malgré les gaps, un besoin de renforcement et d’harmonisation des formations au niveau des pays et de la sous-région, la  nécessité de leur mise en œuvre, une stratégie régionale pour renforcer la nutrition.

Tandis-que Dr Ismael Gnié Téta, chef de section Nutrition à l’UNICEF, s’est focalisé sur les principaux domaines du secteur de la Nutrition et les débouchés. En effet, dans le domaine de la nutrition, le marché de l’emploi est divers et varié : de l’auto-emploi aux organismes internationaux, 11 débouchés possibles s’offrent aux nutritionnistes, montrant ainsi le rôle combien important de la nutrition dans le développement socio-économique d’un  pays.

La Nutrition dans l’agenda globale du développement en République de Guinée abordé par Dr Réné Ekpini, Chef Survie à Unicef, a démontré que les priorités en matière de nutrition doivent reconnaître et intégrer la complexité d’où la nation d’inter-sectorialité.  Ainsi, les programmes simples et cloisonnés, ciblant un nutriment à la fois, qui financent des projets individuels de façon isolée, peuvent nuire aux progrès. Pour ce faire, il propose la convergence et la théorie des coalitions (William 1961) pour lutter effacement contre la malnutrition.

DSCF1705Enfin, la coopération et la mise en réseau du Master de Nutrition-Santé a fait objet d’un groupe panel composé de l’UGANC, INSE, ISHT, REACH.

Session II : La présentation du curriculum de formation de Nutrition-Santé en République de Guinée.

Dans cette session, Dr Demba Magassouba, après avoir présenté le curriculum de formation de Nutrition-Santé dans ces tenants et aboutissants, un curriculum révisé a été présenté par un groupe d’expert de l’UNICEF et du REACH, à partir du curriculum existant, soumis à la plénière par Dr Jean Max Beaulière, Dr Pascal Bonimy et Dr Sidikiba Sidibé.

A l’issue de cette plénière, une commission de finalisation du curricula de 5 membres composés des cadres du Master, de l’UNICEF et du REACH, a été constituée.

Session III : Les exigences d’un programme de Master Nutrition-Santé

Dans cette session, il faut noter, les exigences minimales d’un mémoire de Master de Nutrition présenté par Dr Ahmadou Sadio Diallo de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et la recherche et publication scientifique en Nutrition, développé par Pr Mamadou Kabirou Bah du CERE, ont fait écho.

DSCF1701Les deux prestations visaient d’une part, à conseiller les étudiants détenteurs d’un intitulé de recherche et des résultats, les exigences minimales d’un mémoire de Master et quel type de recherche et de publication qu’il faut mener pour aboutir à une publication scientifique, et d’autre part la conformité desdites rubriques par rapport aux normes académiques.

Session IV : Programme d’appui des institutions de l’UN et ONG en Guinée.

La session IV quant à elle a été consacrée sur la présentation des thèmes de mémoire, proposé non seulement par l’UNICEF et le PAM à dix étudiants de la concentration Nutrition-Santé mais aussi et surtout accompagnés les bénéficiaires et les encadreurs dans leur mise en œuvre.

Cette session a été exécutée par un groupe Panel composé de l’Université de Conakry, de la DAN, de HKI, du PAM, de l’INSE, et de l’UNICEF.

Les grands axes présentés en sessions plénières avaient pour objectifs spécifiques de réviser et bonifier le curriculum de formation du Master Nutrition-santé afin de l’adapter aux normes internationales, aux besoins de la République de Guinée, et aux exigences du marché du travail ; d’orienter les formateurs et les encadreurs des programmes de Master aux nouveaux concepts de la nutrition et les familiariser sur les opportunités de recherche et de développement professionnels en matière de nutrition ; de créer un cadre bénévole d’appui aux programmes par les experts de la Nutrition en service dans différentes institutions nationales et internationales en République de Guinée ; de développer les capacités d’intervention des formateurs et des postulants dans les domaines de la nutrition afin de répondre aux objectifs assignés, et enfin, Créer au sein du mastère de nutrition une spécialisation afin de répondre aux exigences multisectorielles et multidisciplinaires de la Nutrition-Santé.

DSCF1703A la fin des travaux, après lecture du rapport par le rapporteur, Dr Ahmadou Sadio Diallo, le Chef de Département de Biologie, Dr Lipoli-Pé Kolié a prononcé un discours de remerciement à l’ensemble des acteurs ayant intervenus dans la bonification du programme de Master Nutrition-Santé de son service.

« Mon cœur exulte de bonheur en ce jour, car l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry a ouvert aujourd’hui une nouvelle page de son histoire. Elle est entrée dans un processus d’obtention d’un master en nutrition conforme aux nouvelles exigences internationales et répondant aux besoins de la Guinée. En effet, après deux jours de travaux intenses, nous voici au terme de l’atelier de Révision du curricula de formation, d’orientation et du renforcement de capacité des formateurs du Master Nutrition-Santé de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. » a-t-il dit avant de remercier les uns et les autres pour leur aide et assistance.

Monsieur le Recteur de l’Université, Dr Doussou Lancinè Traoré quant à lui, « Dans ce monde complexe et interdépendant, et aux inégalités sans cesse croissantes, il est nécessaire de disposer de ressources humaines qualifiées. Cette mission incombe donc tout naturellement à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. C’est en cela que vous vous êtes réunis pendant deux jours pour bonifier ce curricula. Je suis convaincu que l’Université Gamal Abdel Nasser, à travers ce nouveau curricula, offrira des formations en Nutrition-Santé conformes aux nouvelles exigences internationales et répondant aux besoins de la Guinée. »

DSCF1707

Pour le Recteur, le renforcement des compétences des encadreurs et de celui des étudiants est et demeure le cheval de bataille de son institution car, selon lui, sans ressource humaine qualifiée, il est difficile d’envisager le décollage économique ou le développement d’un pays.

 

Dr Doussou Lancinè Traoré n’a pas caché sa joie quand il disait « Je tiens à remercier Monsieur le Représentant de l’Unicef et son équipe pour les informations pertinentes qu’ils ont bien voulu partager avec nous durant cet atelier et pour leur soutien inconditionnel à accompagner notre université. Je remercie également Monsieur le chef de la Division Alimentation Nutrition, Mme la Directrice de l’Ecole Supérieur d’Hôtellerie et de tourisme ainsi que les organisations internationales, pour leur contribution à la qualification de ce Master. »

 

C’est sur ce point qu’il a déclaré clos l’atelier de Révision du curricula de formation, d’orientation et du renforcement de capacité des formateurs du Master Nutrition-Santé de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

 

A rappeler que cet atelier a regroupé 50 participants venus de l’UGANC, de l’Unicef, de l’Ecole Supérieure du Tourisme et l’Hôtellerie de Kipé, de l’OMS, de la FAO, du PAM, de l’ACF, de RECH, de l’INSE et des ONG : TDH et HKI.