Conférence-débat à l’UGANC : le ministre Albert Damantang sur les nouvelles opportunités d’emploi pour les jeunes guinéens après Ebola!

CM Albert Dam« Le marché de l’emploi dans la Guinée post-Ebola. » tel a été le thème d’une conférence-débat organisée le samedi 18 avril 2015 par l’Association des jeunes Etudiants et Diplômés de Guinée (AJEDIG) et animé par le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, et porte-parole du Gouvernement, Monsieur Albert Damantang Camara dans l’auditorium de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Cette rencontre a mobilisé les membres de l’AJEDIG, des représentants de plusieurs universités publiques et privées de la ville de Conakry, de très nombreux étudiants de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, certains enseignants-chercheurs et responsables de l’institution.

En prenant la parole pour le mot de bienvenu, le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Dr Doussou Lancinè Traoré a indiqué que cette rencontre-débat se tient à un moment où le problème d’emploi, surtout pour la couche juvénile, avenir du pays, se pose avec acuité et constitue la préoccupation majeure de nos dirigeants.

« Il mérite donc d’être signalé qu’à l’amont du problème d’emploi, il est indispensable de résoudre celui de la formation qui doit non seulement être de qualité mais aussi en adéquation avec les différents secteurs de développement du pays. C’est pour cette raison que nous devons focaliser nos efforts sur la formation de cadres compétents et compétitifs. Ceci constitue un souci majeur de Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Pr Alpha Condé, Chef de l’Etat qui a dédié son mandat à la jeunesse pour résoudre prioritairement le problème de formation et de plein emploi.» a ajouté le Recteur.Dr Doussou Lancine

Ensuite ce fut le tour du coordinateur de l’AJEDIG, Monsieur Blahima Bamba de présenter le conférencier, Monsieur Albert Damantang Camara, expert juriste et sécurité, consultant en Gouvernance. Après avoir épluché le riche CV d’ Albert Damantang Camara, la conférence a commencé.

En abordant la problématique du marché de l’emploi en Guinée, Albert Damantang Camara a indiqué aux jeunes cadres que la base est la même dans tous les pays. Il faut tout d’abord que le pays connaisse une croissance économique, une création de richesse et ensuite une création d’emploi. Alors que quand le Gouvernement de la troisième république venait aux affaires, il n’y avait pas d’investisseurs qui venaient en Guinée. Tous les indicateurs économiques étaient au rouge. Les différents secteurs économiques, à savoir l’agriculture, l’élevage, la pêche, etc. étaient tous sinistrés. L’indice de pauvreté était à 58%, l’inflation a été maitrisée.

Le taux de scolarisation et d’immunisation des enfants contre certaines maladies ont certes augmenté mais le pays demeure très pauvre, la majorité de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Les indicateurs de développement humain sont souvent inférieurs à la moyenne régionale et l’alimentation est chère. Selon l’ONU, 600.000 personnes souffrent d’insécurité alimentaire sévère, 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté et près d’un tiers des enfants souffre de malnutrition.

Depuis l’arrivée du Pr Alpha Condé, la Guinée jouit d’un bilan positif, salué par le FMI. Il y a eu P1200905rééquilibre des comptes, la relance de la croissance et le pays a obtenu le financement de programmes de développement. Le recul de la croissance est lié à la baisse de l’investissement privé, avec un gel de la plupart des projets miniers qui étaient en défaveur de la Guinée. Le secteur agricole guinéen dispose d’un fort potentiel et fait vivre la moitié de la population. L’État veut développer les cultures de café, manioc et bananes. Le secteur minier fournit 70% des revenus guinéens.

En 2011, un nouveau code minier a institué des taxes et alloué aux collectivités locales une partie des revenus, une autre part étant réinvestie dans les infrastructures. Le pays détient la moitié des réserves mondiales de bauxite et c’est un gros producteur d’or et de diamant. La Guinée dispose aussi d’énormes ressources hydrauliques. Et, grâce aux reformes engagées dans le pays et l’implication du président de la république, la Guinée a obtenu en 2012 une réduction de sa dette de deux milliards de dollars dans le cadre de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

En 2012, le FMI avait décaissé 28 millions de dollars au titre de la Facilité élargie de crédit (près de 200 millions sur trois ans).

Le produit intérieur brut (PIB) comme indicateur de croissance est passé de 5,12 milliards USD en 2011 ; 5,63 milliards USD en 2012 ; 6,23 milliards USD en 2013 ; 6,77 milliards USD en 2014 et 7,46 milliards USD en 2015. C’est pourquoi la relance des activités économiques notamment l’agriculture, l’élevage, la pêche, se trouve aujourd’hui au cœur de la politique du Gouvernance ; à ceux-là s’ajoute le secteur minier constituent de véritables pourvoyeurs d’emploi après la fonction publique.

Selon le conférencier, en 2014, notre économie avait commencé à décoller mais malheureusement l’épidémie à virus Ebola est freiner toutes les activités. Sinon, la mobilisation des recettes est passée de 4 mille milliards à 6 mille milliards. C’est indicateur pouvait permettre de créer de l’emploi.

Selon le conférencier, les jeunes guinéens ont toujours été confrontés au problème d’emploi. Même s’il n’y avait pas eu l’apparition d’Ebola en République de Guinée, le problème d’emploi est toujours difficile. Seulement la présence du virus Ebola, a augmenté de plus les difficultés liées à la recherche d’emploi en Guinée.

Néanmoins, le ministre Damantang Camara a fait comprendre que pour avoir facilement de l’emploi, il faut qu’il y ait plus de croissance dans le pays. C’est à dire que la création de richesses et d’investissements augmentent, chose qui avait commencé en Guinée mais que le virus Ebola est venu tout bouleverser.

Aussi, les diplômés sur le marché de l’emploi, doivent –ils avoir la qualification dans leurs formations de base, un curriculum vitae (CV) riche, la maîtrise des techniques de recherche de l’emploi, et la maitrise des indicateurs de recherche d’emploi ; entre autres, les relations personnelles et la bonne rédaction des lettres de demande d’emploi, c’est-à-dire que la ressource humaine doit être bien formée.

Aujourd’hui, plusieurs efforts sont entrain d’être déployés par le Gouvernement pour faire face après l’épidémie à virus Ebola pour la relance de l’économie avec les investisseurs guinéens comme étrangers ainsi que les nombreuses organisations nationales et internationales. La ressource humaine se trouve au centre de tout ce beau monde car, c’est elle qui va travailler. C’est pourquoi vous devez être bien formés et aptes à travailler.

Par la suite, des débats ont été fructueux car, les étudiants et autres invités qui ont participé à la rencontre sont répartis apparemment satisfaits de la qualité et du niveau de la conférence, du reste élevé.